Alan Stivell - Forum officiel Forum Index

Alan Stivell - Forum officiel
Poser vos questions, mettez des commentaires / Ask questions about Alan Stivell, make comments about his work

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Human kelt (vu par Laurent Bourdelas)
Goto page: 1, 2, 3  >
 
Post new topic   Reply to topic     Alan Stivell - Forum officiel Forum Index -> Forum 1 -> Entre stivellnautes
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Laurent Bourdelas



Joined: 16 Aug 2010
Posts: 83
Localisation: Limoges

PostPosted: 28/10/2018 21:13:58    Post subject: Human kelt (vu par Laurent Bourdelas) Reply with quote

Alan Stivell, Human kelt, World village (2018) 

 

 
 

 
            J’ai déjà raconté comment s’était faite ma rencontre avec la musique d’Alan Stivell : l’été 1972, alors que mes parents et moi déambulions dans une rue de Saint-Goustan (Auray), la découverte de Tri martolod, puis au Noël suivant, de tout l’album mythique à l’Olympia qu’ils m’offrirent et enfin, quatre ans plus tard, j’assistais à mon premier concert du chanteur sur la scène du Moustoir, au Festival interceltique de Lorient. Dès lors, je devins ce qu’il est convenu d’appeler un fan, mais bien plus que cela. C’est lui qui – directement ou indirectement – me conduisit à m’intéresser à toute la culture bretonne puis celtique, musicale, littéraire, poétique, picturale (…) et à l’histoire de la Bretagne, pays que je n’ai jamais cessé, comme bien d’autres, de trouver très proche de mon Limousin natal. Tout ceci jusqu’à rencontrer Alan – vu plusieurs fois en concert – et à lui consacrer divers articles, émissions de radio, ainsi que deux ouvrages[1]. C’est dire si j’attendais avec impatience ce nouvel album, sur lequel il m’avait dit travailler intensément. J’ai eu la chance de le découvrir dès l’été précédant sa sortie et de l’apprécier immédiatement, le considérant comme l’un des grands albums de l’artiste, toujours cohérent avec sa démarche depuis le début : s’ancrer dans la tradition bretonne et celtique mais s’ouvrir au reste de la musique et du monde, chercher, toujours et jusqu’à l’expérimental, recréer, aussi, ses propres compositions. Cet album est – non pas testamentaire (Alan est né en 1944) – à la fois comme un nouveau manifeste après un demi-siècle de création et une sorte de retour sur des moments importants de la carrière de Stivell. Celui-ci a d’ailleurs toujours eu l‘esprit commémoratif, revenant par exemple sur la scène de l’Olympia en 2012, avec certains des musiciens de l’équipe originelle, quarante ans après le célèbre Musicorama de février 72 proposé par Lucien Morisse sur Europe 1, qui allait propulser Alan sur le devant de la scène et être à l’origine de la vague bretonne qui allait déferler sur la France et bien au-delà. C’est finalement le sens du premier titre medley de l’album, comme un bilan introduit par de mélancoliques notes de piano : Setu . 52 bloaz. « Voici . 52 années. » On y entend même la voix de Lionel Rocheman (retrouvée sur le site de l’INA), l’organisateur, dans les années 60 au Centre américain de Montparnasse des Hootenannies où se produisit le jeune harpiste et où il fit sensation. On entend aussi le parolier Claude Lemesle, qui fréquenta également les lieux où il rencontra Joe Dassin. Stivell évoque « l’envie de dissoudre, dans ce présent, la distance temporelle entre 1966 et aujourd’hui. » Une préoccupation qui rappelle, à sa manière, celle, à propos du temps et des multiples dimensions possibles, du formidable écrivain britannique Alan Moore. Le titre de l’album, Human Kelt, ne surprend pas pour qui connaît la philosophie stivellienne : il est breton et se sent celte, certes, mais il est d’abord humain – une idée reprise dans les titres Den I et Den II, Den signifiant « être humain ». Une conviction qui irrigue tout l’album, pour résister contre tous ceux qui veulent faucher « les fleurs de l’esprit/de l’âme et de l’imagination. »             Ce qui frappe dans cet album, c’est de constater que le chanteur sait s’entourer de prestigieux invités – comme il l’a d’ailleurs toujours fait – que leur présence soit virtuelle (Stivell pratique le sample depuis longtemps et ici, notamment, l’auto sample) ou live : Bob Geldof, que l’on ne présente plus mais dont on rappellera que c’est aussi un militant irlandais, Murray Head, Yann Tiersen, Angelo Branduardi (complice historique), Fatoumata Diawara, chanteuse malienne popularisée en France par sa collaboration à Lamomali de Matthieu Chedid, mais aussi Andrea Corr, Lea Antona (chanteuse corse), Francis Cabrel ou Claude Sicre, des Fabulous Trobadors. Il faut citer encore Dan Ar Braz, Henri et Yvon Morvan et Glenmor, figure tutélaire avec qui Alan joua et sonna plus jeune. A cette liste s’ajoute celle de talentueux musiciens et virtuoses des machines (dont certains ont déjà collaboré avec Stivell) : Konan Mevel, Marco Fada, Emmanuel Devorts, Jean-Bernard Mondoloni, Ted Beauvarlet, Marco Canepa, Fab Tabuteau, Jessica Delot, David Millemann, Cedrik Alexandre et Kevin Camus. Il s’agit donc d’une belle aventure musicale et, finalement, collective, dont Alan Stivell est le maître d’œuvre. On note par ailleurs qu’il (re)déclare sa flamme dans MJ a garan à celle qui l’accompagne depuis leur rencontre en 1968 au Centre Elysée Bretagne et avec qui il se maria en août 1973 : Marie-José. Il avait déjà utilisé ces simples initiales dans M.J. sur l’album Terres des vivants en 1981.
            C’est donc ici un album de croisement d’influences, de world music telle que Stivell l’a toujours aimée et dont La symphonie celtique fut l’apogée en 1979 ; pas étonnant, donc, que celle-ci soit citée, même brièvement. On y entend s’entremêler intelligemment et joliment la Bretagne, l’Afrique (on se souvient d’1 Douar une Terre, sur lequel le Breton chantait avec Youssou N’Dour en 1998, un autre anniversaire), l’Irlande ou l’Occitanie. Pour cette dernière, le Limousin que je suis ne peut que se réjouir de la reprise-recréation d’Idèas, chanson présente sur Terre des vivants (1981), texte de Stivell alors adapté en occitan par Michel Berthoumieu, où il proclamait son ouverture d’esprit. Sa voix jointe à celle, douce, de la jeune Corse Lea Antona, de Francis Cabrel (du Lot-et-Garonne…) et de Claude Sicre, troubadour toujours inventif est une réussite. Deux duos avec la chanteuse Andrea Corr, entre harpe et océan, donnent à entendre un traditionnel irlandais et la langue gaélique puis un hymne à « la plus longue nuit » – celle, sans doute, du solstice d’hiver (durant laquelle les druides honoraient le gui, symbole d'immortalité, de vigueur et de régénération physique). Cette chanson, A hed an nos, est fort belle, notamment grâce à l’accompagnement somptueux de l’Orchestre Symphonique de Bretagne, présent ailleurs sur l’album. En 1973, Stivell chantait, sur l’album Chemins de terre, un très rock Brezhoneg’Raok (« la langue bretonne d’abord »), appel à tous les Bretons affirmant : « Sans langue bretonne, pas de Bretagne/Sans langue bretonne, ne parlons plus de la Bretagne ». La nécessité d’un combat jamais abandonné depuis. Ici, il redynamise le tout avec une introduction electro très dance, du self-remix, la participation de Bob Geldof, des roulements de tambour breton, des sons traditionnels, une harpe et des percussions particulièrement rock. Au cœur de l’album, quatre reprises-recréations. Reflets, adskedoù, reflections, avec Murray Head dont la voix fait ici des merveilles et Robert Le Gall, souvenir et retour aux sources vers 1970, lorsque parut l’album Reflets à propos duquel le journaliste Jacques Vassal, de Rock & Folk, disait, prémonitoire : « [Stivell] montre une voie oubliée en France : cette voie consiste à tourner le dos aux pâles imitations, aux démarquages et à les remplacer par une musique incarnée, en exploitant les sources dont le musicien est issu comme une base solide pour aller plus loin… bien plus loin… » Bresilien (Brocéliande), avec Branduardi et Vincenzo Zitello (grand harpiste italien ici au cello et psaltérion) est une émouvante réinterprétation d’une chanson du même album, qui exprime la perte mais aussi la quête d’une civilisation, celle de la légende arthurienne, avec Viviane et Merlin près de la fontaine de Barenton : « Où êtes-vous/Rêves lointains et merveilleux. » Suivent les deux principaux tubes du chanteur. Son ar chistr, chanson à la gloire du cidre, comme on le sait, composée en 1929, au soir du dernier jour de battage, par deux adolescents agriculteurs de Guiscriff (Morbihan), Jean Bernard et Jean-Marie Prima, arrangée par Stivell et enregistrée sur le même 45t que Brocéliande en 70 – très souvent reprise depuis. Tri martolod, logiquement introduite par quelques bruits de vague, ne pouvait pas être absente d’un tel projet, arrangée aujourd’hui de belle manière, incluant un self-sample de 72. On connaît le succès du titre, jamais démenti depuis qu’il contribua à la célébrité du chanteur – il est remarquable que Stivell arrive encore à demeurer créatif dans cette nouvelle version. Kelti(k)a est un moment d’intense communion musicale en l’honneur des peuples celtes à partir de musiques traditionnelles qui font voyager de la Bretagne vers l’Ecosse, où l’on entend le paysage sonore de Stornoway, le luthier spécialisé dans les instruments de musique ancienne et musicien Julien Cuvillez (passionné d'histoires légendaires, de la table ronde à Games of thrones), Glenmor, les frères Morvan, Joanne Mac Iver, musicienne et chanteuse originaire de l'île d'Arran et Eilidh Mairi Saunière. Boudicca est une composition en hommage à la « Vercingétorix » du peuple brittonique des Iceni (si l’on en croit Tacite), dans la région qui est aujourd’hui le Norfolk, qui mourut en 61 en combattant les légions romaines. On croit y entendre le carnyx, et l’ensemble, tout en electro et distorsions diverses, bénéficie d’un véritable souffle épique, mais, après avoir lu les poètes Spenser et Milton qui furent inspirés par la reine, on s’amuse d’entendre Stivell lui faire dire : « Merde à César ! » (en l’occurrence, c’était alors Néron). On a le plaisir d’y entendre la harpiste et chanteuse galloise Catrin Finch qui a pu déclarer, à l’occasion du Festival interceltique de Lorient de 2018 combien le musicien breton avait influencé sa vocation. Boudicca rappelle le goût de Stivell pour les grandes figures historiques bretonnes ou celtes, comme le roi irlandais Brian Boru qu’il célébra également dans un album sorti en 1995. Human kelt s’achève par Eamonn an chnoic/Pourquoi es-tu venu si tard ? superbement introduit a capella par Una ni Fhlannagain, harpiste originaire de Galway, chanteuse de Sean nos, style de chant traditionnel irlandais, puis poursuivie par Stivell (harpe et chant « sur le fil », presque fragile) et le Ouaissantais Yann Tiersen (au piano ici tout en ruissellements et échos nostalgiques). Il s’agit d’une ballade mélancolique inspirée par la vie d’Éamonn Ó Riain, aristocrate irlandais qui aurait vécu dans le comté de Tipperary de 1670 à 1724 et qui aurait dirigé un gang de bandits. Si la chanson fut maintes fois interprétée, y compris par les Pogues, la complainte de « Ned of the hill, drowned, cold and wet », placée ici en conclusion d’un album faisant allusion au passé le colore d’une incontestable touche de spleen, que ne saurait faire oublier son incontestable créativité.


[1] Dernier paru : Alan Stivell, Le Mot et le Reste, 2017.
Back to top
Publicité






PostPosted: 28/10/2018 21:13:58    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
eflamm



Joined: 08 Mar 2007
Posts: 19

PostPosted: 29/10/2018 11:20:36    Post subject: Human kelt (vu par Laurent Bourdelas) Reply with quote

Bel article, Laurent Wink
Merci pour ce partage
Back to top
Visit poster’s website
elihah



Joined: 11 Mar 2012
Posts: 1,773

PostPosted: 29/10/2018 20:06:57    Post subject: Human kelt (vu par Laurent Bourdelas) Reply with quote

et donc, comme dit sur FB je vais écouter cette merveille en boucle demain. yay !
Back to top
Visit poster’s website
elihah



Joined: 11 Mar 2012
Posts: 1,773

PostPosted: 30/10/2018 12:59:26    Post subject: Human kelt (vu par Laurent Bourdelas) Reply with quote

je mets ici mon comm posé sur FB :
bien, donc, premières écoutes ce matin rhhhhhh... les nouveaux titres me transportent (mézou?) (en gronavion vers breizh)(for sure) et l'évolution des anciens - rythmes et divers apports mélodiques et instrumentaux (pas musicienne, je n'ai pas forcément le vocabulaire kivabien) est un plaisir -- comme déjà dit les versions live de certains titres mériteraient une trace, et finalement, dans cet album, il y a cet aspect là: twister un peu tout en gardant la base et se servir intelligemment et sans lourdeur de ce que la technique audio propose ... (Bémol : j'ai toujours eu du mal avec la voix de Branduardi, c'est pas de sa faute.)
hop, je m'y recolle, à plus tard, si j'atterris
Back to top
Visit poster’s website
elihah



Joined: 11 Mar 2012
Posts: 1,773

PostPosted: 31/10/2018 15:01:57    Post subject: Human kelt (vu par Laurent Bourdelas) Reply with quote

A la demande générale d'Antoine, j'ajoute:
Bon alors, les gens, je sais pas vous, mais à chaque écoute j'entends un truc en plus, en autre, en ailleurs : les arrangements sont superbes; on a beau savoir que la technique permet bcp de choses assez facilement (je suppose), c'est bien le juste équilibre entre "je peux le faire donc je fais" et la pertinence à utiliser les choses qui est impressionnant.
Les associations vocales sont d'une finesse (voix fem/voix masc)..

Coup de cœur pour les nouveaux titres, aussi...

Pas fini de réécouter, en fait.
Back to top
Visit poster’s website
Tilly Antoine



Joined: 24 Jan 2007
Posts: 56
Localisation: Chavagne BZH

PostPosted: 02/11/2018 16:08:11    Post subject: Human kelt (vu par Laurent Bourdelas) Reply with quote

On y retrouve un peu d' Again et d' I Douar. Quel travail sur cet opus, beaucoup de travail même. Je l'écoute et à chaque fois j'entends des choses pas entendu lors de mes écoutes précédentes. Les anciens titres du coup deviennent quasi de nouveaux titres, enfin moi je le perçois comme cela. Et les nouveaux titres sont très beaux. J'aime bien aussi les mix-samples, courts entre certains titres. Le titre MJ est un bijou. Les voix féminines sont bien "choisies", belle émotion à l'écoute du titre 6 avec Andrée Corr. Très belle pochette.

Last edited by Tilly Antoine on 04/11/2018 09:58:03; edited 1 time in total
Back to top
elihah



Joined: 11 Mar 2012
Posts: 1,773

PostPosted: 02/11/2018 19:00:37    Post subject: Human kelt (vu par Laurent Bourdelas) Reply with quote

Tilly Antoine wrote:
On y retrouve un peu d' Again et d' I Douar. Quel travail sur cet opus, beaucoup de travail même. Je l'écoute et à chaque fois j'entends des choses pas entendu lors de mes écoutes précédentes. Les anciens titres du coup deviennent quasi de nouveaux titres, enfin moi je le perçois comme cela. Et les nouveaux titres sont très beaux. J'aime bien aussi les mix-simples, courts entre certains titres. Le titre MJ est un bijou. Les voix féminines sont bien "choisies", belle émotion à l'écoute du titre 6 avec Andrée Corr. Très belle pochette.




tout pareil comme Antoine, je rajoute qu'il n'y a pas que le titre MJ qui soit un bijou de délicatesse, évidemment.
Question sur la pochette  que je me pose depuis que je l'ai en main: ce sont les Callanish Stones sur l'artwork? (Un jour j'irai les voir, un jour. Tous ces voyages que je voudrais faire...)
Et enfin comme dit en chattant avec Antoine: cet homme m'épate, encore, toujours.
(heu non pas toi Antoine, enfin on peut discuter :-) )
(et non je ne changerai pas mon avatar, il me plaît mon chat mouillé pas content, mon portrait craché)
Back to top
Visit poster’s website
stéphan lemoigne



Joined: 10 Dec 2007
Posts: 1,271
Localisation: calvados

PostPosted: 03/11/2018 22:42:07    Post subject: Human kelt (vu par Laurent Bourdelas) Reply with quote

Je confirme, ce sont les Callanish stones...
Je dirai d'ici peu ce que je pense de ce 25ème album. Je n'ai eu le temps de l'écouter qu'une fois.
_________________
stéphan
Back to top
elihah



Joined: 11 Mar 2012
Posts: 1,773

PostPosted: 03/11/2018 22:43:39    Post subject: Human kelt (vu par Laurent Bourdelas) Reply with quote

ha merci Stephan, il me semblait bien.
Back to top
Visit poster’s website
stéphan lemoigne



Joined: 10 Dec 2007
Posts: 1,271
Localisation: calvados

PostPosted: 03/11/2018 22:50:09    Post subject: Human kelt (vu par Laurent Bourdelas) Reply with quote


_________________
stéphan
Back to top
elihah



Joined: 11 Mar 2012
Posts: 1,773

PostPosted: 03/11/2018 22:52:30    Post subject: Human kelt (vu par Laurent Bourdelas) Reply with quote

merci !
c'est une photo de toi?
edit: humph, je veux  dire: prise par toi! 


Last edited by elihah on 03/11/2018 22:55:20; edited 1 time in total
Back to top
Visit poster’s website
stéphan lemoigne



Joined: 10 Dec 2007
Posts: 1,271
Localisation: calvados

PostPosted: 03/11/2018 22:55:19    Post subject: Human kelt (vu par Laurent Bourdelas) Reply with quote

Oui. Dernières vacances là-bas en 2010. Ca fait longtemps...Mais j'ai passé deux ans sur cette île dans ma jeunesse. Donc je connais un peu.
_________________
stéphan
Back to top
elihah



Joined: 11 Mar 2012
Posts: 1,773

PostPosted: 03/11/2018 22:58:58    Post subject: Human kelt (vu par Laurent Bourdelas) Reply with quote

stéphan lemoigne wrote:
Oui. Dernières vacances là-bas en 2010. Ca fait longtemps...Mais j'ai passé deux ans sur cette île dans ma jeunesse. Donc je connais un peu.


ha oui , c'est vrai que tu disais avoir bien bougé en effet ...  bon la prochaine fois que tu y vas, puis-je me glisser dans la valise? ;-)
Back to top
Visit poster’s website
stéphan lemoigne



Joined: 10 Dec 2007
Posts: 1,271
Localisation: calvados

PostPosted: 04/11/2018 12:18:16    Post subject: Human kelt (vu par Laurent Bourdelas) Reply with quote

Pourquoi pas mais vous serez plusieurs dans la valise !!!
_________________
stéphan
Back to top
AVEL



Joined: 30 Jun 2006
Posts: 95
Localisation: Montroulez

PostPosted: 04/11/2018 13:05:23    Post subject: Human-Kelt Reply with quote

Demat d'an holl,


Je lis le bel article de Laurent Bourdelas au sujet du nouvel album d' Alan :  " Human-Kelt ", un grand merci pour ces éclairages historiques et artistiques.


Pour ma part je n'ai pas encore pris le temps de l'écouter dans de bonnes conditions mais cet album ci particulièrement ne se livre vraiment, je crois, que dans une écoute longue et sereine,... à renouveler sans doute avant d'atteindre toutes les richesses convoquées ! Je retarde aussi le moment de cette écoute sans doute pour être dans les meilleures conditions, pour ne pas passer à côté d'un voyage dont tous les prémices le portent vers des horizons exceptionnels


J' y perçois bien sûr d' emblée le foisonnement d'un trajet et la permanence d'un projet, avec l' énergie et la sensualité de l' urgence.... dualité dialectique servie par la maîtrise musicale et technologique  - au sommet - de Alan. 


avel









Back to top
Contenu Sponsorisé






PostPosted: 20/09/2019 00:20:30    Post subject: Human kelt (vu par Laurent Bourdelas)

Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic     Alan Stivell - Forum officiel Forum Index -> Forum 1 -> Entre stivellnautes All times are GMT + 2 Hours
Goto page: 1, 2, 3  >
Page 1 of 3

 

 
Jump to:  

Index | Create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group