alan stivell forum officiel Index du Forum

alan stivell forum officiel
poser vos questions, mettez des commentaires / ask questions about alan stivell, make comments about his work

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Lorient

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     alan stivell forum officiel Index du Forum -> Forum 1 -> Entre stivellnautes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Laurence



Inscrit le: 09 Avr 2010
Messages: 145
Localisation: Gers côté Toulouse

MessagePosté le: 07/08/2016 19:45:13    Sujet du message: Lorient Répondre en citant

H-2!!!
Laurence
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 07/08/2016 19:45:13    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Lokmazhe



Inscrit le: 22 Oct 2010
Messages: 86
Localisation: Bro Dreger

MessagePosté le: 08/08/2016 11:53:03    Sujet du message: En Oriant Répondre en citant

http://abp.bzh/joan-baez-chante-tri-martolod-with-alan-stivel-hier-soir-a-l…
_________________
"Non" ha "Oui"... galleg zo en ti!
Revenir en haut
Icovellauna



Inscrit le: 28 Aoû 2011
Messages: 300
Localisation: Lorraine

MessagePosté le: 10/08/2016 10:01:30    Sujet du message: Lorient Répondre en citant

http://videos.leparisien.fr/video/alan-stivell-toujours-roi-a-lorient-09-08…
Revenir en haut
AVEL



Inscrit le: 30 Juin 2006
Messages: 90
Localisation: Montroulez

MessagePosté le: 13/08/2016 21:33:04    Sujet du message: un mot à venir, après Lorient Répondre en citant

Demat d'an holl,


Je rentre du festival inter-celtique de Lorient, nous y avons vu : Alan, naturellement, Joan Baez et Dan Ar Braz, notamment, et bien d'autres belles choses encore. La matière et l'esprit de ce que j'y ai vu et entendu n'en finissent pas de m'habiter et me nourrir de pensées parfois contradictoires. Je vais laisser mûrir ma réflexion et viendrai en début de semaine la mettre sur le forum d'Alan, dont l'oeuvre de tant de facettes apparaît justement nécessaire à analyser et à comprendre aujourd'hui pour donner une chance à une culture bretonne d'exister demain.


Je remercie Antoine et Laurence, deux fidèles des concerts de Alan et du forum, chaleureux et aimables, que nous avons rencontrés lors du concert du 7 Août. 


à bientôt donc.


avel.   
Revenir en haut
stéphan lemoigne



Inscrit le: 10 Déc 2007
Messages: 1 141
Localisation: calvados

MessagePosté le: 15/08/2016 12:31:41    Sujet du message: Lorient Répondre en citant

Je me suis contenté de la retransmission hier soir sur FR3...gwelloc'h 'vid netra ! mieux que rien !
_________________
stéphan
Revenir en haut
AVEL



Inscrit le: 30 Juin 2006
Messages: 90
Localisation: Montroulez

MessagePosté le: 18/08/2016 18:36:31    Sujet du message: Lorient Répondre en citant

                   
                    Demat, 




                    Je viens donc écrire un mot sur les différents moments vécus au festival Inter-celtique de Lorient ( 46 ème édition ). Je le fais sur le forum d’Alan, car ce compte rendu subjectif a je crois à voir avec le sens de son travail artistique, culturel et même politique, de plus de 50 ans, et qu’il marquait par sa présence à l’affiche du festival. C’est donc un avis que je vais exprimer ici et comme tel il peut être complété ou contesté. D’ailleurs les choix des concerts, des expositions, des débats suivis sont en eux-mêmes un parti pris, c’est ce que je vais tenter d’éclairer. Allons-y par ordre chronologique.


                   Le concours des bagadoù de 1ère catégorie au Moustoir , 70 ème du nom, sous l’égide de Sonerion l’active fédération des sonneurs. Est-ce la liberté laissée aux bagadoù de choisir les pièces à présenter ? Mais, j’ai rarement entendu une telle diversité d’interprétation de qualité, ce qui illumine encore plus la prestation magistrale toute en finesse et en puissance, en émotion et en technique, du vainqueur : le bagad Cap Caval de Plomeur (bro vigouden), sur un répertoire de Montagne, gavotte, plinn, recueilli auprès des passeurs de mémoire de ces terroirs qui ont, plus que tout autre, porté haut l’incandescence du chant et de la danse, magnifié ici par le travail exigeant de Tangi Sicard. Le public ne s’y est pas trompé l’ovation était de mise au terme d’un quart d’heure d’un voyage intense. Cette consécration ne doit rien au hasard, si on se réfère au parcours de Tangi Sicard, on y voit la fusion réussie entre l’âme du chant saisie dans sa virtuosité émotionnelle et d’énergie, ici du Kerne huel, et l’incorporation du travail des bagadoù tel Blei Mor, auquel le Penn sonner a participé, et cher au cœur de notre hôte sur ce forum : Alan, et ce du point de vue de l’approche musicale de la formation. ( Alan a d’ailleurs rendu un hommage appuyé à ce vainqueur lors de son concert : il mesure et savoure -à juste titre- la filiation.)
Après cette belle journée nous allons à la rencontre de Joan Baez. Quelle belle idée que de l’avoir invitée dans ces moments d’une nouvelle gravité. Son chant, sa voix de cristal et de velours, nous ont emmené très loin sur les chemins à ne pas quitter, ceux de la paix et de l’amour, avec une simplicité et une conviction qui nourrissent un sentiment d’humanité à entretenir. Nous étions des milliers à vivre ce moment qui embrasse des décennies d’un combat politique, pacifique et exigeant. C’est ainsi qu’en invitant Alan à la rejoindre sur scène, pour un tri martolod à deux voix, personne ne s’est mépris : nous avions là la rencontre de deux figures qui comptent dans l’Histoire de la musique et du chant reliée aux mêmes causes, celles des peuples face aux tyrannies culturelles et politiques qu’ils peuvent subir. L’émotion de tous était à son comble. Dans cette rencontre j’ai aussi perçu un message envoyé aux nouvelles générations : « nous chantons la paix et le respect de l’autre, ce sont des chemins de vie et d’action urgents à ne pas déserter ».
Le concert AMZER d’ Alan, j’y reviens plus loin.


                    Place au débat sur « l’identité bretonne » avec Rozenn Milin (journaliste) et Lisardo Lombardia Président du FIL, (Pascal Blanchard, sociologue, prévu était finalement absent, dommage pour le débat !) Le genre de débat difficile à conduire ! Qu’est-ce qu’être, et se dire, Breton ? Se définir est un exercice difficile et qui n’est pas spontané tant nous sommes autant définis par les autres que par nous-mêmes. A la question de l’identité je préfère celle de la justice et de la liberté, y compris donc pour envisager les termes de l’action culturelle et politique en Bretagne.


                    « Le soulèvement de Pâques 1916 en Irlande », il y a donc 100 ans. Conférence d’Alain Monnier Historien. L’Histoire, essentielle à connaître, celle de l’émancipation d’un peuple humilié depuis des siècles par son voisin : l’Angleterre. La liberté au prix du sacrifice des plus déterminés et des plus éclairés, au prix d’une guerre civile aussi. Cette remise en mémoire de cette révolution, qui pourrait nous faire rêver ici en Bretagne nous (me) renvoie sans arrêt à la même question : « que faisons-nous collectivement et personnellement ici en Bretagne pour qu’advienne une souveraineté culturelle et politique, sans avoir à passer par des combats violents ? »
                      Une autre conférence « les porteurs de tradition, transmission et continuité » par Andrew Hunter, Ecossais, collecteur, chanteur, prof à Edimbourg et Patrick Molard, musicien breton, spécialiste du Pibroc’h. Question et réalité difficiles, transposable au contexte du chant et de la musique bretonne : le recueil indispensable de l’essence du chant et de la musique légués par les générations précédentes. Entre fidélité, assimilation et dépassement, le chemin de crête est difficile à trouver entre ce passé foisonnant et une expression actuelle – audible - de ces richesses. Patrick Molard a lui-même pu faire l’expérience concrète de la difficulté à réaliser cette synthèse/fusion/création lors du concert donné à Lorient où il tente de ne rien céder au fondamental art du Pibroc’h – qu’il maitrise au terme d’un compagnonnage exigeant avec les meilleures figures du Pibroc’h - tout en l’ouvrant à des sonorités autres, avec au final un accueil mitigé semble t’il. Il y a là l’acquisition d’une réelle disposition, que peu de musiciens acquièrent, sur ce plan – essentiel – pour un avenir de la musique bretonne et celtique, que de fait illustre à contrario la longévité artistique d’Alan: les musiciens bretons sont peu nombreux sur ces bases. (On y reviendra avec le concert de Dan ar Braz)


                       Le concert de Alan. Une belle salle comble. Mais le rendez-vous de Lorient est surement particulier pour Alan (comme celui de Kemper), c’était de plus le dernier en Bretagne pour la tournée Amzer. En compagnie d’Antoine et de Laurence – deux amis du forum - nous avons vécu un des grands concerts d’Alan, il suffit d’imaginer les registres musicaux et vocaux qu’il utilise pour se rendre compte de la richesse magnifique de son talent : ouverture du concert sur un chant à capella : le beau Eibhlin, toute la poésie de Amzer, (personnellement j’aurais rêvé d’un concert ne reprenant que AMZER ! Antoine ne serait pas d’accord je crois ? ), les instrumentaux en solo de harpe, suite des Montagnes, (magnifiques avec cette harpe si cristalline), la cornemuse endiablée de Ian Morrisson Reel. Foggy Diew, nécessaire en ce 100 ème anniversaire de la Révolution irlandaise… une magnifique berceuse – e brezhonneg - improvisée ( ! ) où Alan fait un bel étalage des capacités de sa voix, le final en double voix : Tri Martolod et le Bro Gozh de toute beauté. J’ai relevé le message appuyé d’Alan concernant la haute valeur qu’il mettait dans le mot RESPECT, l’invoquant, le convoquant même comme une nécessité plus que jamais actuelle, de tous envers tous et qui ne saurait dispenser personne de le pratiquer. Ce soir-là je comprends bien sûr ce respect comme devant être celui de l’Etat français envers les cultures malmenées, la culture bretonne en premier lieu, mais Alan insiste aussi je crois autant plus largement sur le respect des différences éventuelles que l’autre présente de fait à soi, notamment dans le contexte des actes de terrorismes qui touchent plusieurs pays d’Europe. Je l’ai entendu aussi comme une exigence de vie en commun à avoir, à égalité des piliers de nos vies et de nos relations : la liberté et l’égalité, la réciprocité. Peut-être d’autres personnes présentes au concert auront-elles un autre avis, un autre éclairage sur cette perception du concert et du mot d’Alan ? Cela faisait 6 ans qu’Alan n’avait pas proposé de concert au FIL. Dans 4 ans, en 2020, ce sera le 50 ème anniversaire du festival emblématique de son parcours et de son approche de l’inter celtisme, je verrais bien Alan nous y donner la Symphonie Celtique, avec donc l’orchestre symphonique de Bretagne ?


                           Pour continuer: le concert de Dan Ar Braz, accompagné par l’orchestre symphonique de Bretagne. Salle comble également. Dan a fait appel à André Couasnon pour le choix des morceaux interprétés lors du concert, il a également réalisés les arrangements du répertoire de Dan nécessaires pour l’orchestre symphonique. L’exercice est difficile, mais le résultat est somme toute plutôt satisfaisant. Par ailleurs Dan nous a montré un visage verbal – il a parlé beaucoup - taraudé par le temps qui passe, (la tonalité même de ses choix de musique est empreinte d’une forme de mélancolie lancinante), ainsi son choix d’interprété la musique de la chanson de Léo Ferré : « avec le temps va, tout s’en va… » en est un indicateur fort.
Mais, tout à fait autre chose : quel message a-t-il voulu nous envoyer (au public) quand, un peu agacé par un gros bruit d’hélicoptère proche de l’espace du concert ( le chapiteau du concert : l’espace marine est localisé dans un espace militaire ( on est à Lorient ! )… qui plus est dans une période tendue du point de vue de la sécurité des rassemblements …) il a jugé bon d’interpeler le public en suggérant que c’était peut-être « Alan Stivell » qui arrivait ainsi à grand renfort de bruit… je reste perplexe face à l’intention de Dan envers Alan et envers le public à travers une telle proposition ?


                       Année 2016 faste pour les anniversaires marquants : les 50 ans de l’épopée professionnelle de Alan, les 70 ans de Sonerion, les 100 ans de la révolution irlandaise, d’autres encore surement, et les 350 ans de la ville de LORIENT. Ville moderne donc, création de l’Etat français et pourtant si accueillante à l’inter celtisme et aux figures avancées de la culture bretonne. Nous avons aussi pris le temps de connaître mieux Henbont (Hennebont), petite ville en amont de Lorient, elle à, elle, un âge historique, ayant notamment été un haut lieu de la guerre de succession en Bretagne en Juin 1342.


                      Ainsi va ce petit récit d’une petite semaine au Festival inter celtique de Lorient. Vous dirais-je qu’au retour nous avons piqueniqué (moment toujours apprécié de nos périples cyclo, qui sont d’une insoupçonnable douceur pour parcourir et rencontrer la vie de ce pays magnifique : la Bretagne.) à Carhaix en compagnie des indispensables Sœur Goadec, si, si, elles sont là immortalisées en trois magnifiques sculptures placées sur le haut de la place du Champ de Foire au centre-ville et elle nous donnent à entendre des enregistrements de qualité ( 15 minutes) de leurs plus beaux chants, dont au moins deux de cet échantillon ont inspiré Alan : Pour la Dame du Lac ( album : The Mist of Avalon, 1991, magnifique, à (re) découvrir ! ) un thème des Sœurs Goadec donc (dont je n’ai pas hélas la référence.) et Elisa, qu’Alan a par ailleurs accompagné à la harpe de façon sublime, en 1972 au 1er festival de Kertalg.


                    Désolé d’avoir été si long mais je souhaitais faire part de quelques éléments marquants vécus au FIL 2016 à Lorient. C’est bien sûr un parti pris, d’autres auront rencontré et vécu un autre festival.


avel hag mg , mis eost 2016.


Kenavo deoc'h
Revenir en haut
stéphan lemoigne



Inscrit le: 10 Déc 2007
Messages: 1 141
Localisation: calvados

MessagePosté le: 18/08/2016 20:53:26    Sujet du message: Lorient Répondre en citant

Merci pour cette riche revue.
_________________
stéphan
Revenir en haut
Tilly Antoine



Inscrit le: 24 Jan 2007
Messages: 35
Localisation: Chavagne BZH

MessagePosté le: 19/08/2016 18:32:54    Sujet du message: Lorient Répondre en citant

Merci Avel. C'est la première fois que je te lis. Ta culture "m'éclabousse". Lol. Ce fût un très grand plaisir de partager ce concert d'Alan à tes côtés, le hasard fait trop bien les choses du coup.
Revenir en haut
alan
Administrateur


Inscrit le: 08 Avr 2006
Messages: 3 390

MessagePosté le: 20/08/2016 10:19:32    Sujet du message: Lorient Répondre en citant

Ce que tu dis Avel, à part blesser ma modestie en ne trouvant rien à redire à mon concert, est perspicace. Dan, je prends son humour comme il est, parfois bordel line.
Trugarez dit Avel
_________________
www.alan-stivell.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
alan
Administrateur


Inscrit le: 08 Avr 2006
Messages: 3 390

MessagePosté le: 20/08/2016 11:00:52    Sujet du message: Lorient Répondre en citant

Mais pour l'humour, je dois ajouter qu'à ma façon, comme aussi c'est très ( trop?) spontané, ça peut être hasardeux.
_________________
www.alan-stivell.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
marie france GILIS



Inscrit le: 14 Mar 2016
Messages: 12
Localisation: RIEUX MINERVOIS

MessagePosté le: 20/08/2016 12:39:02    Sujet du message: Lorient Répondre en citant

Merci Avel , merci à tous pour vos témoignages, moi qui malheureusement suis restée devant FR3 mieux que rien coincée dans mon midi.Un jour peut etre !!!!! en attendant j espère y assister au moins une fois dans ma vie l espoir fait vivre!!!!!
Revenir en haut
alan
Administrateur


Inscrit le: 08 Avr 2006
Messages: 3 390

MessagePosté le: 20/08/2016 22:10:10    Sujet du message: Lorient Répondre en citant

je pense que le son a été très correct en salle. Quand même moins en scène; ce qui m'a rendu encore un peu plus difficile l'exercice (par exemple, si j'entends un peu trop la façade, ça m'oblige à chanter un peu trop bas (un bon coma en dessous dans plusieurs cas) et perturbant évidemment dans les titres les plus périlleux.
_________________
www.alan-stivell.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
alan
Administrateur


Inscrit le: 08 Avr 2006
Messages: 3 390

MessagePosté le: 21/08/2016 11:19:59    Sujet du message: Lorient Répondre en citant

Pour revenir sur la conférence Identité, je trouve très rarement des choses claires. Elles pourraient l être en particulier en arrivant à éloigner les complexes. Un exemple: les alsaciens ne sont pas du tout humiliés quand on parle de dialecte. Il y en a d'autres par contre...
_________________
www.alan-stivell.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Jean-Luc



Inscrit le: 10 Juil 2011
Messages: 289
Localisation: Territoire de Belfort

MessagePosté le: 22/08/2016 18:35:13    Sujet du message: Lorient Répondre en citant

alan a écrit:
[... ] Un exemple: les alsaciens ne sont pas du tout humiliés quand on parle de dialecte. [ ... ]

J’habite à deux pas de l’Alsace. J’ai fait une partie de mes études en Alsace et, effectivement, personne ne trouvait à redire au mot « dialecte ». Même ceux qui parlaient l’alsacien tous les jours, utilisaient le mot dialecte.

Les mots, pour certains, n’ont pas de signification : ils emploient un mot à la place d’un autre et ça ne les gêne pas... Ce  n’est cependant pas l’idéal pour ce comprendre...

D’autres font des confusion entre la signification réelle d’un mot et les connotations populaires qu’on y attache. Je me souviens avoir parlé de frustration à quelqu’un qui y pensé que j’y apportais une connotation sexuelle…

Dans le cas du dialecte, certains, pointilleux, ont classé (c’est-à-dire donné un ordre de valeur, de noblesse) langue, dialecte, patois... dans cet ordre.

Dans le village de mon père, les anciens parlaient patois, dérivé du franc-comtois. Ils ne trouvaient rien à redire au mot. Il est mort en une génération... sous la pression des institutions de la République (et de la taille du village)... Ceux de la génération de mes grands-parents l’utilisaient, plus souvent que le français, entre-eux. Leurs enfants (mon père, mes oncles et tantes) le comprenaient mais ne le parlaient pas... Et nous, nous en savons quelques mots. L’ensemble est perdu.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 26/07/2017 00:37:36    Sujet du message: Lorient

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     alan stivell forum officiel Index du Forum -> Forum 1 -> Entre stivellnautes Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 

 
Sauter vers:  

Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com